Publié le

Interview de Pouhiou,Mediateur chez Framasoft

Bonjour a tous,aujourd’hui on se retrouve pour une interview de pouhiou,mediateur chez framasoft,sans plus attendre,place a l’interview:

Le Libre Au Quotidien:Bonjour Pouhiou, peux tu te présenter ?
Pouhiou:
Bien sûr ! Alors salut, moi c’est Pouhiou (ce n’est pas mon prénom : c’est comme ça que je m’appelle) je suis un artiste qui a touché à pas mal de choses (scène, romans, vidéos, tricot), mais, bizarrement, je ne touche pas au code (sauf une fois, au collège, un peu de TurboPascal3… et à 36 balais, ça fait loin pour moi). Depuis trois ans, je suis salarié en tant que chargé de communication chez Framasoft https://framasoft.org .
Ce qui signifie que j’essaie de faire le lien entre les projets de l’association et les gens, que ce soit en parlant aux médias (par exemple : ton blog !), en rédigeant des articles sur nos médias (blog, newsletter, médias sociaux), et surtout en interagissant avec toutes les personnes qui souhaitent contribuer à nos actions. 
Llaq:Peux tu nous résumer Framasoft en deux mots ?
Pouhiou:
Non ! Mais en deux phrases, ça se tente :p !
Framasoft, c’est un ensemble de projets concrets qui veulent faciliter l’éducation populaire aux logiciels libres et à leur culture pour les promouvoir  (avec un annuaire de logiciels libres, une maison d’édition de livres libres, ou les 32 services libres de Dégooglisons Internet, par exemple). 
C’est aussi et surtout une bande d’une trentaine de potes qui veulent contribuer au libre en n’apportant pas que du code, donc on bidouille et on expérimente histoire de changer le monde… un octet à la fois.
Llaq:Quels ont été les projets de Framasoft en 2017 ?
Pouhiou:
Pffffiou ! T’as combien de temps ?
Pour faire simple, en 2017 on a :
  • refondu l’annuaire Framalibre https://framalibre.org , qui fut le tout premier projet Framasoft, et qui est riche aujourd’hui de plus de 700 notices ;
  • publié Libertés Numériques, Grise Bouille Tome 2, La Nef des Loups, Sur quoi reposent nos infrastructures numériques ? et Koma-Script dans la collection Framabook https://framabook.org ;
  • refondu le site Dégooglisons Internet https://degooglisons-internet.org , avec des mises à jours de nombreux services, et la publication d’une documentation d’utilisation collaborative ;
  • animé le collectif d’hébergeurs éthiques CHATONS https://chatons.org avec l’ouverture de nombreuses portes d’entrée vers Mastodon ;
Mais cette petite liste ne montre pas les mises à jour et chouchoutages de l’infrastructure de nos serveurs et des services hébergés, les heures passées sur le support à accompagner les personnes qui utilisent nos outils, les joyeuses et nombreuses contributions de Framalang, notre groupe de traduction autogéré, les rencontres et partenariats qui permettent de contribuer au libre avec des organisations qui ne sont pas forcément du monde libriste, la centaine de conférences, stands, ateliers, etc. pour aller à la rencontre du public, et toutes les déconnades qu’on aime bien faire au passage (tiens : tu connais notre bingo du troll ? http://troll.framasoft.org/ )
Llaq:Quel sont les projets de Framasoft pour 2018 ?
Pouhiou:
Le projet le plus proche, c’est la sortie de la version Bêta de PeerTube https://framablog.org/tag/peertube/ , un outil qui permet de créer une fédération d’hébergements vidéos… Comme un YouTube, mais libre, et éclaté entre plusieurs sites et hébergeurs qui peuvent se relier entre eux (une fédération comme on en connaît avec Mastodon, Diaspora*, ou plus simplement l’email ^^ !).
Il y a aussi les autres projets annoncés dans le premier monde de Contributopia https://contributopia.org/fr/services : trouver comment faire des alternatives à MeetUp ou à Change.org qui libèrent nos données comme nos pratiques.
Et puis il y a plein d’autres petits projets, qui vont se dévoiler quand ils seront prêts… Par exemple, nous avons bien envie de trouver comment répondre à la fermeture annoncée de Storify… Bref : ce sont des petites choses qui font « clic » en nous, qui font sens… Mais il n’y a que 24h dans une journée (c’est notre plus gros problème ^^).
Sans compter que, dès la fin 2018, on a tout un nouveau monde de Contributopia à explorer : celui de l’essaimage https://contributopia.org/fr/essaimage , pour faciliter l’indépendance dans les services qu’on utilise (donc aussi pour déframasoftiser internet :p).
Llaq:Quel sera le prochain service de Framasoft ?
Sans aucune hésitation : Framatube https://framatube.org .
Ce sera notre instance du logiciel PeerTube, et au risque de décevoir : elle ne sera pas ouverte aux personnes qui veulent y télécharger leurs vidéos.
Peertube est un outil de fédération. Avec notre réputation, si on ouvre notre Framatube au public, on craint de se retrouver submergé·e·s de vidéos (à héberger, mais aussi à modérer, accompagner, etc.) et de centraliser les utilisatrices et utilisateurs. Nous allons donc faire comme pour la sortie de Framapiaf https://framablog.org/2017/04/12/plus-de-chatons-plus-de-confiance-en-mastodon/ , notre instance Mastodon : montrer plusieurs instances qui se sont déjà montées, inviter celles et ceux qui ont les compétences à monter leur instance à leur tour et laisser les gens faire leur choix.
Il faut dire que, depuis Contributopia, nous avons décidé d’arrêter de sortir des services « c’est-tout-prêt-on-a-tout-pensé-pour-vous ». Nous préférons sortir des services qui sont très verts, tout naissants, et accompagner leur évolution en échangeant avec les personnes qui les utilisent. 
Peertube sera comme ça : à sa sortie, on aura une bêta, un service auquel il manquera, encore, beaucoup de fonctionnalités. Mais c’est en l’utilisant et favorisant les contributions que nous pourrons en faire un service qui correspond vraiment à son public (et pas un service auquel tu dois t’adapter et picétout).
Llaq:Beaucoup de libristes ont été déçus que Framamail soit abandonné, comment expliquer que le projet ait été abandonné ?
Pouhiou:
Nous sommes dans l’exemple typique de ce que l’on décrivait juste avant : nous, on craint le « succès » ! Si trop de personnes utilisent nos services, on recentralise internet et Framasoft devient au passage une entreprise « fournisseur de services ». Et si cela n’a rien de mal en soi, c’est juste pas notre came.
Nous sommes et voulons rester une bande de potes, une asso humaine et à petite échelle, qui peut expérimenter et proposer des projets « Proof of concept ». Il y a des choses qui marchent et vous inspirent…? Cool : copiez-les, adaptez-les, je crois même qu’il y a moyen de gagner de l’argent avec. 
Mais il y a plein de pistes alternatives à explorer pour l’email, et nous allons sûrement en proposer quelquesunes dans les années qui vont venir.
Moi, perso, en attendant, je me suis fait un compte chez ProtonMail, et je connais d’autres membres qui sont chez NetCourrier, Sud-Ouest, ou encore mieux un CHATON comme la mère Zaclys http://zaclys.org , ou enfin qui s’auto-hébergent avec YunoHost https://yunohost.org .
Toutes ces solutions ne sont pas forcément totalement libres ou ne correspondent pas totalement à vos critères : le mieux c’est faire l’effort de vous renseigner. Lorsque l’on utilise un service, on confie ses données… Je crois que ça vaut le coup de chercher pourquoi on va faire confiance à tel ou telle autre ;).
Llaq:Merci Pouhiou pour cette interview,Ca a été un plaisir.

Laissez un Commentaire!

avatar